Silicon Saclay

Contact_header

La visite du « Cluster Paris-Saclay » est un moment essentiel du programme HEC Entrepreneurs car elle offre aux étudiants la possibilité de découvrir les principaux laboratoires de recherche présents sur le plateau de Saclay, et d’envisager la création de start-ups pour exploiter et valoriser les nombreuses technologies qui y sont développées. Voici ce que nous avons retenu de cette “learning expedition”, en trois leçons.

Leçon #1: l’ambition Silicon Saclay

Sur le plateau de Saclay, on rêve de créer une Silicon Valley à la française: un pôle scientifique et technologique d’excellence et de dimension internationale composé de 1 300 000 m2 de locaux d’enseignement, de bureaux, de logements à construire d’ici 2020, le tout sur un territoire de 7 700 hectares et regroupant organismes de recherche, grandes écoles, universités et entreprises privées. Un intervenant affirme même qu’il «rêve d’un bar où les rencontres se feraient naturellement (sic), et où les plus belles boites naîtraient autour d’une bière », comme cela est bien souvent le cas sur le campus de Stanford. En attendant que cette vision se matérialise, les constructions se multiplient et l’innovation bat son plein. Au cours de cette semaine, les représentants d’institutions comme l’Ecole Polytechnique, le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), l’Institut d’Optique, l’Université Paris-Sud Orsay, l’incubateur IncubAlliance ou encore la SATT Paris-Saclay nous ont présenté les nombreuses initiatives déjà mises en place pour favoriser l’entrepreneuriat et valoriser leurs technologies.

Leçon #2: la France, un terreau d’exception pour se lancer

Après avoir effectué des recherches en sciences des matériaux, Ekaterina Shilova, récente lauréate du Concours Mondial de l’Innovation 2030 avec le projet CYTER pour le recyclage de terres rares, n’ a pas hésité à quitter sa Russie natale et rejoindre  la France pour y fonder sa société, Ajelis. De même, après un parcours universitaire franco-allemand et un passage par la Silicon Valley, Franz Bozsak a choisi Paris au moment de créer sa première start-up (Instent), qui développe des stents connectés permettant aux praticiens de suivre la cicatrisation des vaisseaux sanguins et ainsi de maîtriser les risques qui y sont liés.

Ces chercheurs-entrepreneurs ont tous fait l’éloge de l’écosystème entrepreneurial français, lequel offre de nombreux financements publics et privés pour soutenir les projets innovants. Antoine Dupont (cofondateur d’AuxiVia), Renaud Lerooy (cofondateur d’Audioproconnect.com), ou encore Florian Chatellier (cofondateur de Nodea Medical) abondent en ce sens et soulignent également la densité des talents et la qualité des structures d’accompagnement au sein de notre écosystème entrepreneurial.

Leçon #3: l’objectif “d’industrialiser” le match-making de compétences

Le plateau de Saclay regorge de technologies innovantes et de talents bruts. La principale difficulté reste cependant de favoriser la rencontre de ces talents et la mise en commun de compétences complémentaires. Seule école de commerce présente sur le plateau de Saclay, HEC a un rôle-clé à jouer. La matérialisation du rêve de « Silicon Saclay » passe en effet par une « industrialisation des rencontres entre chercheurs et entrepreneurs » selon Etienne Krieger, Professeur affilié à HEC et président du Club Challenge+, association regroupant une centaine de dirigeants d’entreprises innovantes.

C’est précisément le rôle d’institutions comme les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie (SATT), qui accompagnent des projets innovants dans leur maturation afin de définir en amont les domaines d’application porteurs, et de s’assurer de leur viabilité économique. En cas de création d’une start-up, IncubAlliance est un partenaire privilégié de la SATT Paris-Saclay: cet incubateur public voisin accompagne environ 50 projets innovants et a facilité l’essor de 210 entreprises en 15 ans d’existence.

La learning expedition sur le plateau de Saclay nous a révélé toute la richesse de ce dernier. Mieux encore, elle a suscité une appétence et permis des rencontres entre entrepreneurs et chercheurs. En l’espace de quelques jours, ce tourbillon technologique a ainsi fait germer plusieurs projets qui  pourraient, on l’espère, donner naissance à de futures start-ups made in Saclay.   

Le déménagement, à l’horizon 2018, de grandes écoles comme lÉcole Centrale, AgroParisTech, l’ENS Cachan et Télécom ParisTech, ainsi que la création dune nouvelle ligne de métro reliant Paris au plateau de Saclay devraient contribuer à renforcer ce nouvel écosystème entrepreneurial.

A la grande question « comment fait-on pour trouver un projet innovant? », la réponse de tous nos interlocuteurs fut unanime: « Rendez-vous à Saclay ! ».

D. Collignon / C. Girault / A. Girsault

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s