Portrait de Pineur – Claudio Muskus (H2012), Business Manager chez Kameleoon

claudio-muskus

Claudio intègre HEC en 2008 après une classe prépa au Lycée du Parc à Lyon. Il devient Vice-Président d’HEC Junior Conseil où il doit gérer un budget de 600 000 euros ainsi que vendre et réaliser des missions de conseil.

Après une année de césure en fusions-acquisitions puis chez Groupon, il rejoint la majeure Entrepreneurs.

Son année à HEC ENTREPRENEURS 

Son projet de création pendant la majeure : Durant son année, il travaille avec une camarade de promo sur un projet de création d’entreprise. Le concept ? Un réseau de réparation de smartphones et de tablettes. Toutefois, le projet ne parvient pas à convaincre et n’est pas retenu par le jury de la H.

Sa mission croissance rapide : Il effectue alors sa mission croissance rapide chez NestorWash, société de lavage de voiture à vapeur haute pression fondée par un ancien Pineur, au cours de laquelle il est chargé d’identifier de nouvelles sources de revenus pour l’entreprise.

Son stage bras-droit : Claudio met le cap sur Barcelone où il rejoint un ancien HEC entrepreneur français du web et sa société Anakena. L’entrepreneur cherche en effet à monter un nouveau site internet de vente de compléments alimentaires pour la perte de poids aux Etats-Unis.

Durant ce stage, Claudio a l’occasion de faire un roadshow aux Etats-Unis pendant 3 semaines afin de sélectionner les futurs fournisseurs et partenaires.

Il contribue également à la mise en place d’un business fonctionnant de manière presque totalement automatisée (notamment grâce à un système de dropshipping). Ce site web génère aujourd’hui plus d’1M$ de revenus par an.

Cette expérience fut révélatrice pour Claudio. Il se rappelle qu’en tant qu’étudiant, il était fasciné par les start-ups qui levaient des millions de dollars auprès de fonds. Bien loin des entrepreneurs à paillettes qui font la une des médias, ce stage lui permet de se rendre compte qu’il existe aussi de nombreuses boîtes web très rentables positionnées sur des « niches » et dont on ne parle jamais.

Cela lui a également permis d’acquérir de réelles compétences de négociation en anglais, des connaissances web agile et à comprendre la manière dont on peut mettre en place un business « automatisé ».

Pour lui, le stage bras-droit est la dernière opportunité de se faire plaisir et il ne faut donc pas l’envisager comme un « plan de carrière ». 

Depuis HEC Entrepreneurs…

Après Barcelone, retour à Paris pour Claudio. Il travaille au sein d’un cabinet financier familial, ce qui lui permet de consacrer la moitié de son temps à un projet entrepreneurial et le reste du temps à des dossiers du cabinet.

Il travaille sur un projet de financement de travaux de rénovation énergétique en France avec son père et un autre associé pendant 1 an et demi et avancent beaucoup. En effet les questions de budget énergétique sont dans l’air du temps et de nombreux chantiers sont en demande de financement. Ultra-capitalistique, ce projet n’aboutira finalement pas, faute d’avoir pu réunir suffisamment de fonds.

Son arrivée chez Kameleoon

Claudio quitte alors le cabinet pour retourner dans le monde du web, qui le fascine par sa « rapidité fulgurante ». Il devient le premier business developer de la start-up, un métier de commercial très recherché et « l’un des plus critiques dans l’entrepreneuriat et la vie des PME ».

Kameleoon est une solution correspondant aux besoins des entreprises du web aujourd’hui. Elle permet de modifier un site web sans coder, dans le but d’augmenter les performances business.

La start-up connaît une croissance à trois chiffres et va effectuer une 2e levée de fonds plus importante dans les prochains mois.

De 12 employés à son arrivée, Kameleoon en compte aujourd’hui 40. Ils sont aujourd’hui 4 personnes dans l’équipe commerciale, dont 2 qu’il supervise.

Son quotidien au sein de la start-up : Contacter des clients potentiels, leur présenter la solution, leur montrer comment cela peut les aider, négocier et signer de nouveaux contrats.

Ce qu’HEC Entrepreneurs lui a appris : « Les gens sont tous très intelligents et la pédagogie est très bonne. »

Pour lui, quelques étudiants ont la capacité de conviction propre à l’entrepreneur et sa force de travail dès la sortie de la majeure – aux autres, il recommanderait davantage de travailler au préalable au sein d’une boîte du secteur afin d’être plus aguerri.

Pour Claudio, le monde de l’entrepreneuriat n’est en effet pas un « monde de bisounours » et est avant tout basé sur du relationnel.

Il faut donc selon lui être bien armé pour se lancer. Le quotidien d’un entrepreneur est en effet rythmé par la recherche de clients, la prospection et nécessite de faire face à de nombreux problèmes.

Son expérience professionnelle lui permet aujourd’hui de se sentir beaucoup mieux armé pour créer sa boîte, et de se sentir plus apte à négocier.

Il rêve toujours d’entreprendre un jour mais attend le bon moment pour se lancer !

Ses conseils aux étudiants de la majeure : Faîtes ce qui vous plaît.

Son proverbe fétiche : « Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s